Belle du Seigneur

Publié le par Linette (pseudo)

201106 belle du seigneurC'est de qui?

 

Albert Cohen. Né à Corfou en 1895 et mort en 1981 à Genève. Écrivain, dramaturge, son nom a été évoqué pour le prix Nobel de Littérature. Il a publié de nombreuses oeuvres dont Le livre de ma mère en 1954. Belle du Seigneur est considéré comme un chef d'oeuvre de la littérature française.

 

Ça raconte quoi?

 

Genève dans les années 40. Ariane est une belle jeune femme qui passe ses journées seule devant son piano, ses livres et son journal intime. Son mariage avec Adrien Deume, un homme un peu idiot, obsédé par son ascension professionnelle, l'ennuie profondément.

Mais un jour, un homme déguisé en vieillard, s'introduit chez elle et lui déclare son amour. Effrayée par la laideur et l'intrusion de cet inconnu, elle lui jette un objet au visage.

Elle ne le sait pas encore, mais elle vient de blesser son futur amant: Solal.

 

 

Mon avis?

 

Ça fait un moment que j'entends parler de Belle du Seigneur. Maintes fois cité comme étant un chef d'oeuvre...il fallait que je le lise!

Je savais qu'il racontait une passion amoureuse mais voila ça s'arrêtait la. C'était donc une totale découverte pour moi.

 

Dés les premières pages, on ne peut qu'admirer la plume de Monsieur Cohen qui est tout simplement sublime, poétique... un régal pour les amoureux de littérature.

J'étais happée par les longues descriptions. L'auteur nous dissèque avec finesse et réalisme les sentiments et les manières de ses personnages.

Adrien Deume m'a profondément agacé avec ses manies niaises envers sa femme et son hypocrisie au sein du travail. On a pitié pour le petit "Papi", son oncle, si touchant, voulant toujours bien faire et complètement soumit à sa femme.

Ariane, quant à elle, ne m'a pas inspiré de sentiments particuliers. Elle est souvent capricieuse, fait attention à son apparence et peu passer des heures entières dans son bain à parler à ses orteils.

Puis arrive Solal (j'adore ce prénom). Le beau "Don Juan" moitié goujat, infecte et pourtant tellement "vrai" par rapport aux autres. Solal torturé par ses questions sur la sincérité dans les relations humaines, amoureuses...

Et pourtant en un coup d'oeil, le voila tombé sous le charme de la belle Ariane. Passion dévorante qui le rendra fou.

C'est le personnage qui m'a le plus intéressé, le plus touché malgré le fait qu'il soit par moments odieux.

Grâce à lui, je dois dire que je me suis posée moi aussi des questions sur la passion amoureuse.

Car ce roman est loin de nous décrire une simple relation qui pourrait paraître niaise. Cohen décrit superbement les illusions et la superficialité d'une passion puis le moment ou elle flétrit peu à peu.

Et la, on se prend une petite leçon voir une petite claque, parce que forcément, on se retrouve tous un peu en Ariane et Solal à nos débuts. On se sent idiots, on se dit avec un sourire aux lèvres "moi aussi j'ai fait ça, j'étais comme ça."Et pourtant, heureusement qu'on a changés!

Je ne vous parlerai bien sûr pas de la fin qui ressemble tant à un grand classique que j'adore.

 

J'en arrive maintenant au point noir du roman (bien sûr ça n'engage que moi). Monsieur Cohen est très très très bavard. Des descriptions en veux tu en voila, des monologues à n'en plus finir! Des chapitres entiers consacrés aux pensées des personnages. Le tout est assez lourd car il n'y a aucune ponctuation et les pensées divaguent dans tous les sens. Autant vous dire qu'une lecture à haute voix asphyxie le pauvre lecteur!

J'ai sauté des pages entières et au final, j'aurais aimé ne lire que 500 pages.

 

Bref, malgré la longueur, je ne peux que vous conseiller cette très belle histoire.

 

"Dehors, universelle, une inlassable pluie disait leur malheur. Enfermés dans la souricière d'amour, condamnés aux travaux d'amour à perpétuité, ils étaient couchés l'un près de l'autre, beaux, tendres, aimants et sans but. Sans but."

 

 

(édition: Folio, 1109 pages, année de parution: 2012, photo: Laure Albin Guillot)

Commenter cet article

amaryllis 09/08/2012 10:19

J'aimerai beaucoup le lire, mais la longueur me rebute un peu. Je me dis que cela pourrait se lire plus vite un été mais chaque fois je lis autre chose. Il reste sur la liste des lectures à faire
car l'écriture semble très belle d'après ce que j'en entends.

Linette (pseudo) 09/08/2012 10:45



Je t'avoue que la longueur m'a souvent découragé car Cohen est très bavard. C'est sûrement pour cela que je n'ai pas adoré cette histoire. Malgré tout il décrit avec finesse la passion amoureuse
et rien que pour ça, je ne peux que te le conseiller.



Enigma 02/07/2012 15:01

J'ai très envie de le lire ce roman, mais la longueur me fait un peu peur ^^

Linette (pseudo) 02/07/2012 19:44



Je comprends. Honnêtement à cause des longueurs je n'ai pas pu adorer ce roman mais il possède tout de même une très belle histoire.



missycornish 24/06/2012 17:27

Je l'ai aussi dans ma PAL et j'aimerai bien le lire. Cela viendra peut-être cet été.Dommage que tu ne l'ai pas apprécié autant. J'ai hâte de le lire. Bises

Linette (pseudo) 24/06/2012 22:16


Oui dommage qu'il soit trop long... Mais c'était une belle découverte. Bonne future lecture!


charmant-petit-monstre 22/06/2012 12:12

Merci pour ce billet. Tu m'as donné envie de le découvrir !

Linette (pseudo) 22/06/2012 12:48



  Tant mieux alors. C'est motivant de donner envie aux gens de découvrir un livre.



Alex-Mot-à-Mots 21/06/2012 19:05

Un roman que j'avais beaucoup aimé. Pas un coup de coeur, pourtant. Je ne me souviens pas l'avoir trouvé bavard

Linette (pseudo) 21/06/2012 20:35



Bien parfois, je trouve qu'il s'attarde vraiment trop sur certaines scènes qui ne sont pas très importantes. Exemple: lorsque Solal doit venir diner chez les Deume...il y a énormément de pages
pour nous décrire les préparations, l'attente...


Personnellement, je m'en serai bien passé au bout d'un moment. Mais bon je comprends que ça plaise lorsque la
qualité est la.