La Cicatrice

Publié le par Linette

Hier, après une centaine de pages, j'ai abandonné "Quatre saisons à Mohawk" de Richard Russo avec une certaine déception. Tout d'abord car c'est un livre que j'attendais avec impatience vu le résumé qui me plaisait beaucoup.

Ensuite car malgré quelques finesses dans la description, je ne retrouvais pas cet aspect la dans

les dialogues, très hachés, parfois peu compréhensibles.

J'ai donc abandonné et me suis penchée sur ce court roman (125 pages).

 

54931643

 

 


C'est de qui?

 

Bruce Lowery. Il est né en 1931 dans le Nevada. Il vint à Paris et obtint une licence en lettres françaises.

Sa spécialité était d'écrire son oeuvre en français et ensuite de la traduire dans sa langue natale.

Avec La Cicatrice, il remporta le Prix Rivarol ainsi que celui de l'Académie Française.

Il est décédé en 1988.


 

Ça raconte quoi?

 

Jeff, treize ans, vit avec ses parents protestants et son petit frère: Bubby. C'est un enfant replié sur lui-même en partie à cause de sa cicatrice sur la lèvre qu'il souhaite faire disparaître à travers ses nombreuses prières.

Suite à un déménagement, il se trouve contraint de changer d'école et devient aussitôt victime de la cruauté de ses camarades.

 

Mon avis?

 

Aux premiers abords, on pourrait penser que ce livre se contente de raconter l'histoire d'un enfant comme tout le monde. Mais en fait, l'auteur pousse beaucoup plus loin que ça en nous entraînant dans un engrenage dont le personnage principal aura de plus en plus de mal à en sortir.

La cruauté des enfants dans ce roman est très présente et pesante car c'est Jeff, lui même, qui raconte son histoire.

Puis un jour il commet un acte qu'il ne cessera de regretter mais n'avouera jamais par peur du rejet.

Il devient alors plus sombre envers ses proches jusqu'à cette fin tragique.

 

J'ai beaucoup aimé les dialogues dans ce roman (ce qui est plutôt rare) qui sont assez fins et précis.

Je me suis souvent demandée aussi comment j'aurais réagis à la place de Jeff. Si j'aurais pu supporter à la fois les moqueries de mes camarades, mais également le poids de mon acte.

On comprend parfaitement pourquoi petit à petit, il tombe dans une sorte de cercle vicieux.

Ce roman raconte avec sensibilité le passage de l'enfance à l'adolescence.

 

(edition: j'ai lu, 152 pages, année de parution: 1999)

Commenter cet article

Ilse 09/11/2011 21:02


Je l'ai lu il y a quelques années aussi. Je ne me souviens plus de la fin. A relire peut-être...


Laeti (histoires-de-livres) 09/11/2011 12:47


Je l'ai lu quand j'étais au collège (Il y a un bail) et j'avais aimé cette histoire! Merci de me la remettre en mémoire :)


Linette 09/11/2011 13:40



Oui, apparement il est beaucoup lu dans les établissements scolaires. Agréable à lire.