La fille tombée du ciel

Publié le par Linette (pseudo)

lafille

(Edition: Anne Carrière, année de parution: 2011, 274 pages)

 

"Nous vivons dans la même maison, mais nous nous sentons toutes les deux seules. "Toutes les deux" et "seules" ne devraient pas se retrouver dans une même phrase."

 

A onze ans, Rachel Morse, fille d'une mère danoise et d'un père GI noir américain, voit sa vie basculer: un drame dont elle est la seule survivante lui arrache sa famille. Recueillie par sa grand-mère paternelle, une femme aussi aimante qu'intransigeante, Rachel découvre bientôt la difficulté d'être métisse dans une société qui donne trop d'importance à la couleur de peau.

Des voix se mêlent à son récit pour dévoiler la véritable nature de la tragédie qui s'est déroulée, un triste jour d'été, sur un toit de Chicago. La plus vibrante d'entre elles et celle de Brick, un jeune voisin qui a assisté à sa chute et qui se retrouve, bien malgré lui, dépositaire du seul fragment de vérité susceptible de libérer Rachel des ombres de son passé.

 

Je suis souvent tombée sur ce court roman - maintenant publié en format poche - en librairie. Le titre m'a tout de suite accroché, faisant penser à une jolie petite histoire d'amour, alors qu'en fait pas du tout.

Rachel est une jeune fille mature pour son âge, qui a assisté à un terrible drame familial. On met du temps à savoir pourquoi elle vit seule avec sa grand-mère et sa tante. Puis on en vient à comprendre pourquoi ce titre. Dés lors on cherche des réponses à nos questions, qui arrivent progressivement lorsque d'autres personnages se mêlent à son récit. L'histoire est racontée avec un certain suspens, même si le roman n'est nullement un thriller mais plutôt une quête de réponses, de vérité.

Derrière sa belle écriture et son beau minois, Rachel nous touche profondément avec son humilité.

Je dois dire que c'est le personnage qui m'a le plus intéressé. Je ne trouvais pas forcément la narration avec d'autres protagonistes nécessaire (surtout les passages du journal intime de la mère).

J'ai tout de même lu ce roman rapidemment car l'auteure possède la qualité de capter son lecteur et de ne pas le lâcher en cours de route.

J'ai été néanmoins déçue par cette fin, qui n'en est pas vraiment une selon moi. Je continuais de me poser des questions quant à l'avenir de certains personnages. Questions qui resteront sans réponse.

En dehors du roman, on constate que l'auteure a mis beaucoup d'elle même dans son personnage: tout comme Rachel, elle est fille d'une mère danoise et d'un père GI noir américain.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Alex-Mot-à-Mots 22/06/2014 17:35

Un titre qui m'aurait tenté, également.