Le dîner

Publié le par Linette (pseudo)

couv29494437

 

 

C'est de qui?

 

Herman Koch. Né en 1953 en Hollande, il est romancier et écrit des éditoriaux pour un journal. Il est également réalisateur d'émissions de télévision. Il écrit aussi sous le pseudonyme de Menno Voorhof. Il a publié 16 oeuvres dont Le dîner.

 

Pourquoi j'ai choisi ce livre?

 

Car j'aime les huit clos et d'après le résumé, ça avait bien l'air d'en être un.

 

 

Ca raconte quoi?

 

(Quatrième de couverture)

 

Deux frères se donnent rendez-vous avec leurs épouses dans un restaurant branché d'Amsterdam.

Hors d'oeuvre: le maître d'hôtel s'affaire. Plat principal: on parle de tout, des films à l'affiche, des vacances en Dordogne. Dessert: on évite soigneusement le véritable enjeu du dîner, les enfants.

Car leurs fils respectifs ont commis un acte d'une violence inouïe. Un café, un digestif, l'addition.

Reste la question: jusqu'où irions-nous pour préserver nos enfants?


Mon avis?

 

L'histoire débute avec Paul, le narrateur à l'humour cynique. Lorsqu'il parle de son frère Serge, c'est surtout pour lui reprocher son goût du luxe, son narcissisme et sa candidature en tant que premier ministre (ce qui équivaut pour nous au statut de président). Il nous présente sa femme, Claire, douce mais déterminée à aller au bout de ses pensées et sa belle-soeur, Babette, un peu effacée à cause de son mari. Lorsque l'on commence ce roman, on a le sentiment de lire une bonne comédie à l'humour noir. Paul nous fait sourire à plusieurs reprises avec ses commentaires bien acerbes tout en nous dressant un portrait peu élogieux de son frère.

On a peu le sentiment de se retrouver dans une pièce de théâtre telle que "Le prénom" ou chacun lave son linge sale en famille.

 

Par la suite, grâce aux nombreux flash-back de Paul, on plonge dans le réel sujet qui les a tous poussé à se donner rendez-vous au restaurant. L'humour vire petit à petit au drame et on découvre son impact sur cette famille. Il n'est alors plus question de sourire. Le sujet du livre parle d'un fait de société actuel assez grave, mais aussi et surtout, de la réaction des parents face à l'accusation de leurs enfants.

On en vient au final à se poser plusieurs questions sur le fait d'être parent, la violence...

 

Conclusion: Sous ses airs inoffensifs, ce roman soulève un des nombreux problèmes de la société actuelle. L'auteur maîtrise totalement sa narration pour nous tenir en haleine mais également nous faire réfléchir.

 

Et pourquoi ne pas finir cette chronique avec la célèbre chanson de Bénabar?

 

 

  

(édition: Piment France Loisirs, 343 pages, année de parution: 2012)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Fransoaz 08/11/2012 15:52

J'avais bien aimé ce repas très caustique et corrosif avec en point d'orgue la raison de ce rendez-vous! Une gifle cinglante!

Linette (pseudo) 08/11/2012 18:53



Tout à fait. Un livre qui ne laisse pas indifférent.



A-little-bit-dramatic 04/11/2012 10:37

J'aime bien le résumé de ce roman. Après, est-ce qu'il pourrait me plaire, ça, c'est la grande question ! Peut-être que oui...quand je trouve un résumé original, généralement, j'aime l'histoire...à
voir...

Linette (pseudo) 04/11/2012 13:44



C'est vrai que ce n'est pas le genre de livre que tu lis d'habitude. En tout cas, il montre assez bien les problèmes
de la société actuelle et remet en questions le comportement des parents. Si jamais ça te tente, je serai heureuse de lire ton avis.



Missycornish 29/10/2012 09:53

Sympa la musique à la fin! J'adore cette chanson, pour le coup je l'ai réécouté deux fois! Merci!

Je vois que tu lis l'Auberge de la Jamaïque j'adore ce roman! En fait aimerais-tu toujours faire une LC avec moi? Sur un roman?
Je vais essayer de préparer la liste de mes romans pour faire une rubrique P.A.L.

J'aimerai bien instauré un mini club de lecture tous les deux mois, à creuser avec plusieurs blogueuses. Qu'est-ce que tu en dis? Ce serait un moyen d'ouvrir plus le débat sur nos blogs respectifs,
ça pourrait être une chronique plus petite mais régulière... Interessée? Préviens-moi si l'idée te plait. Bises

Linette (pseudo) 29/10/2012 11:26



Coucou Missy


De rien pour la petite note musicale ça sert à ça. 


Pour le moment, j'aime beaucoup l'Auberge de la Jamaïque, même si j'ai une nette préférence pour Rebecca que j'avais lu l'année dernière.


Je suis toujours partante pour une LC et je serai ravie de faire partie de ton club de lecture.


On peut se tenir au courant via nos boîtes mails si tu veux.


Bises.



Alex-Mot-à-Mots 28/10/2012 14:39

Une fin qui fait froid dans le dos.

Linette (pseudo) 28/10/2012 19:43



C'est vrai Un énorme contraste avec le début du roman.