Marie Antoinette - Zweig

Publié le par Linette (pseudo)

couv7670934

(Edition: Le livre de poche, année de parution: 1999, 509 pages)

 

"Car jamais une femme n'est plus honnête ni plus noble que quand elle cède librement et complètement à des sentiments qui ne trompent pas et que les années ont mis à l'épreuve, jamais une reine n'est plus royale que quand elle agit humainement."

 

Vilipendée par les uns, sanctifiée par les autres, l'Autrichienne Marie-Antoinette est la reine la plus méconnue de l'histoire de France. Il fallut attendre Stefan Zweig en 1933, pour que la passion cède a la vérité. S'appuyant sur les archives de l'Empire autrichien et sur la correspondance du Comte Axel de Fersen, qu'il fut le premier à pouvoir consulter intégralement, Stefan Zweig retrace avec sensibilité et rigueur l'évolution de la jeune princesse, trop tôt appelée au trône, que la faiblesse et l'impuissance temporaire de Louis XVI vont précipiter dans un tourbillon de distractions et de fêtes.

Dans ce contexte, la sombre affaire du collier, habillement exploitée par ses nombreux ennemis à la cour de France, va inexorablement éloigner Marie-Antoinette de son peuple.

Tracé avec humanité et pénétration, ce portrait est assurément un des chefs-d'oeuvre de la biographie classique, où excella l'auteur de Trois poètes de leur vie et de Vingt-quatre heures de la vie d'une femme.

 

Mariée à 14 ans au futur Louis XVI, Marie-Antoinette fut un nouvel espoir pour le peuple lorsqu'elle arriva en France. Naïve et immature, elle pensait que les "Vive la reine" lancés sur sa route lui était du, tout comme l'argent dilapidé pour son seul plaisir. Le protocole de l'étiquette l'ennuie horriblement ainsi que son mari, incapable de lui donner un héritier et sans personnalité.

Alors comment occuper son temps lorsque l'on vit dans une prison dorée ou le moindre de vos gestes est épié et déformé? En allant aux bals masqués, à l'Opéra, à tous les divertissements possibles et en ne rentrant qu'aux aurores.

Lorsqu'elle devient enfin reine, à seulement 18 ans, elle s'imagine enfin libérée de toutes les contraintes, de tous les préjugés et ne désire qu'une chose: vivre sa vie comme bon lui semble. Alors au diable les intellos! la cour trop âgée pour s'amuser! le roi et ses ministres! Et bonjour Trianon! Les sorties, les danses et les robes de plus en plus nombreuses!

Ce n'est que lorsqu'elle devient mère (après 7 ans sans que la mariage soit consommé) et que le peuple gronde en la surnommant "Madame Déficit", que Marie-Antoinette semble enfin s'assagir et comprendre ce que son statut de reine demande.

Hélas c'est déjà trop tard! La révolution commence et le "Vive la reine!" est vite remplacé par "Vive la république!". Puisant alors en elle une détermination et une force inconnues auparavant, c'est en véritable "grande dame" qu'elle répondra à ses bourreaux.

 

2-Alliance-Francais-Films-for-Foodies-marie-antoinette-s.jpg

Dans cette biographie, Zweig nous épargne bon nombre de clichés sur la reine. En véritable historien, il ne s'appuie que sur de solides archives. Les mémoires de Madame Campan (sa première femme de chambre) sont mises de côté et accusées d'être trop mielleuses et peu crédibles. La correspondance d'Axel de Fersen est passé au peigne fin ainsi que celle de l'Archiduchesse d'Autriche Marie-Thérèse.

C'est sûrement l'écrit le plus objectif que j'ai lu sur la reine. Certains auteurs font passer Marie-Antoinette pour une reine martyre, d'autres pour une sainte... Zweig lui se contente de nous la décrire avec humanité. D'une très belle plume, il nous raconte l'Histoire avec tout ce qu'elle a eu de plus cruelle. Grâce à lui, j'ai pu comprendre qu'on ne peut juger les événements sans prendre en compte toute leur complexité. On peut en conclure que Marie-Antoinette n'était pas faite pour régner, tout comme Louis XVI. Trop jeune, trop immature, ils sont également arrivés au pouvoir au mauvais moment. La reine a certes accumulée les erreurs, mais elle a aussi fait preuve d'énormément de courage et d'humanité à la fin de sa vie.

 

Les points négatifs: Aucun.

Les points positifs: Une très belle plume, une biographie bien documentée.

 

 


 


Commenter cet article

charmant-petit-monstre 28/06/2013 21:58

Je me souviens d'avoir eu un véritable coup de coeur pour cette biographie. Du même auteur, dans la même veine "Marie Stuart"! Si tu ne l'as pas lu, je te le conseille chaudement !

Missycornish 21/05/2013 21:52

Coucou! J'ai hâte de lire cette biographie. Je suis une fervente admiratrice de Stefan Zweig. J'espère que tu reviendras sur la blogosphère, et que l'on s'écrira encore. Je suis sincèrement désolée
que nous n'avons pas plus communiqué. Mais pour ma défence j'avais un très mauvais équipement informatique. J'ai désormais un bon ordi et une connection à moi. Voilà bisous.

A-little-bit-dramatic 18/05/2013 09:54

I want candy...j'adore cette chanson ! ^^

Pour en revenir au livre, c'est vrai que c'est une bonne biographie. On sent que Zweig, qui est autrichien comme Marie-Antoinette, a beaucoup de tendresse pour elle. Du respect, je ne sais pas,
sûrement...mais c'est surtout la tendresse qui transparaît dans ce roman. Il est beaucoup moins indulgent avec Marie Stuart, par exemple, dont j'avais lu la biographie quelques temps avant...

Linette (pseudo) 18/05/2013 11:10



Je pense qu'il avait également du respect oui car on sent qu'il admire son courage à la fin de sa vie et on sent qu'il dénonce les procés baclés pendant la révolution.



Agathe 09/05/2013 20:20

On me l'a offert l'année dernière mais je n'ai pas encore pris le temps de le lire. Ton article ravive l'envie!!

Linette (pseudo) 10/05/2013 09:44



tant mieux alors! C'est vrai qu'on a parfois besoin d'avis extérieurs pour se motiver.