Un long dimanche de fiançailles

Publié le par Linette (pseudo)

2004_a_very_long_engagement_0101.jpg

"Et puis Mathilde est d'heureuse nature. Elle se dit que si ce fil ne la ramène pas à son amant, tant pis, c'est pas grave, elle pourra toujours se pendre avec."

 

 

C'est de qui?couv23834734.jpg

 

Sébastien Japrisot. Né à Marseille en 1931 et mort en 2003. Il était romancier, scénariste, traducteur, réalisateur et parolier. Il a publié neuf romans et fait de nombreuses traductions. Un long dimanche de fiançailles a été adapté au cinéma par Jean-Pierre Jeunet.

 

Pourquoi j'ai choisi ce livre?

 

J'avais beaucoup aimé le film et il était donc tout naturel que je m'intéresse au livre. En le voyant dans une brocante, le choix était vite fait. J'ai par la suite organisé une lecture commune sur Livraddict.

 

Ça raconte quoi?

 

Cinq soldats français condamnés à mort en conseil de guerre, aux bras liés dans le dos. Cinq soldats qu'on a jetés dans la neige de Picardie, un soir de janvier 1917, devant la tranchée ennemie, pour qu'on les tue. Toute une nuit et tout un jour, ils ont tenté de survivre. Le plus jeune était un Bleuet, il n'avait pas vingt ans.

A l'autre bout de la France, la paix venue, Mathilde veut savoir la vérité sur cette ignominie. Elle a vingt ans elle aussi, elle est plus désarmée que quiconque, mais elle aimait le Bleuet d'un amour à l'épreuve de tout, elle va se battre pour le retrouver, mort ou vivant, dans le labyrinthe où elle l'a perdu.

Tout au long de ce qu'on appellera plus tard les années folles, quand le jazz aura couvert le roulement des tambours, ses recherches seront ses fiançailles. Mathilde y sacrifiera ses jours, et malgré le temps, malgré les mensonges, elle ira jusqu'au bout de l'espoir insensé qui la porte.

 

Mon avis?

 

En lisant les premières lignes du roman, j'ai tout de suite trouvé que Japrisot possédait un grand talent d'écriture qui n'a fait que se confirmer page après page. C'est un très bon conteur qui nous plonge aussi bien dans toute l'horreur de la guerre comme dans le petit cocon protecteur que s'est forgé Mathilde.

Sa narration est limpide, facile à lire et nous décrit avec précision chaque personnage.

Concernant ces derniers, Mathilde de nature forte et à la fois fragile est très touchante. Cette jeune femme n'accepte pas la façon dont son fiancé a disparu et fera tout, bravant parfois les interdits, pour mener sa propre enquête.

A travers différentes paroles, lettres et rencontres elle trouvera enfin la vérité.


Au delà de cette enquête parfaitement bien ficelée, Japrisot nous dépeint aussi et surtout l'horreur de toute une époque, les pires injustices mais aussi les actes de bravoure. Il ne cesse de puiser dans l'âme humaine, parfois très noire, pour nous montrer une autre vision de la guerre, différente de celle des manuels d'école et qui nous en apprend tout autant.

Si le personnage de Mathilde est aussi beau c'est également parce que l'histoire d'amour est magnifique. Oui magnifique, il n'y a vraiment pas d'autres mots. Les sentiments entre elle et Manech sont purs et on se doute bien que s'il n'y avait pas eu cette foutue guerre, ils seraient tous deux mariés depuis longtemps.

Le seul petit bémol du livre est peut-être le nombre de personnages et d'événements trop importants qui font que le lecteur peut se sentir perdu. C'était mon cas parfois.

 

Conclusion: Une magnifique histoire d'amour et une enquête bien ficelée font de ce livre un petit bijou de la littérature française.

 

Découvrez les chroniques de: A little bit dramatic et de ExtraVagance.

 

 

 

 (édition: folio, 373 pages, année de parution 1993, photo Cathy Esposito)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

pierre 30/11/2012 12:22

Tout à fait d'accord avec toi, ça c'est du roman d'amour et du polar bien mené, bien écrit. Rien à voir avec Harry Québert qui pourrait en prendre de la graine.

Linette (pseudo) 30/11/2012 13:42



J'essaierai de l'emprunter à la bibliothèque quand il y sera En tout cas s'il ne me plaît pas, je serai également
déçue du prix des lycéens qui était très bon jusqu'ici.



Malika 15/10/2012 12:27

J'avais tellement aimé le film que j'avais acheté le livre ...mais je ne l'ai toujours pas lu, tu me donnes envie !!!

Linette (pseudo) 16/10/2012 09:04



Tant mieux alors! Je pense qu'il te plaira aussi car on retrouve beaucoup l'ambiance du film, surtout avec la voix
off qui reprend certains passages du livre.



A-little-bit-dramatic 10/10/2012 19:28

Je le trouve très beau moi aussi...mais je crois que c'est plutôt un surnom, dans le Pays Basque ?
En tous cas, ça fait drôle de croiser un homonyme dans un livre radicalement opposé à Un Long Dimanche... :)

Linette (pseudo) 10/10/2012 19:29



Apparement Manech est la traduction de Jean en basque.



Missycornish 10/10/2012 00:04

Quand je suis allée visité un célèbre ancien champs de bataille (dont je ne me rappelle plus le nom!..),j'avais hésité entre l'achat de la chambre des officiers et un long dimanche de fiançailles.
J'aurais dû prendre aussi le second livre! ça à l'air bien, je le lirai. Bises

Linette (pseudo) 10/10/2012 12:07



Oui, je pense qu'il pourrait te plaire. L'écriture est très belle et les personnages très riches. Bises.



A-little-bit-dramatic 09/10/2012 10:23

Oh, et je suis en train de lire la saga Secret d'Etat de Juliette Benzoni. Dans le troisième tome, la Cour se rend dans le Pays Basque pour le mariage de Louis XIV avec l'Infante Marie-Thérèse et
l'héroïne loge chez un certain...Manech Etcheverry ! :D Ca m'a fait tout bizarre quand j'ai lu ça ! =)

Linette (pseudo) 09/10/2012 14:14



Tu m'étonnes. C'est peu courant comme prénom. Perso je l'adore. Bisous.