Du domaine des Murmures

Publié le par Linette (pseudo)

du domaine des murmures m

 

C'est de qui?

 

Carole Martinez. Elle est française, née en 1966. Son premier roman "Le Coeur Cousu" a remporté de nombreux prix. Son second roman "Du Domaine des Murmures" a été nommé pour le prix Goncourt.

 

 

Ça raconte quoi?

 

1187. Esclarmonde, fille de châtelain, scandalise la cour le jour de ses noces en refusant de se marier.

Elle veut s'offrir à Dieu et fuir le sort des femmes soumises de l'époque. Son souhait est d'être emmurée dans une cellule attenante à la chapelle du domaine des Murmures, avec pour seule ouverture une petite fenêtre pourvue de barreaux donnant sur la cour.

Mais elle est loin de se retrouver seule...

 


Mon avis?

 

Il y a quelques mois j'avais découvert "Le Coeur Cousu" et j'étais tombée sous le charme de ce roman.

C'était d'un lyrisme époustouflant mélangeant conte et réalité. Émue en refermant ce livre, je trouvais que cette nouvelle auteure avait un réel talent et sa propre narration très poétique.

 

On m'a donc prêté celui-ci et j'ai attendu un certain moment avant de l'ouvrir. En effet, au départ j'avais très envie de le découvrir puis en relisant le résumé j'ai soudain eu peur de tomber dans une histoire ennuyante, la religion n'étant pas trop ma tasse de thé.

 

Et la...surprise! Carole Martinez m'a encore emporté dans son univers poétique. J'ai voyagé à travers les siècles pour rencontrer la douce Esclarmonde.

Cette jeune fille qui se demande au fil du temps si c'est pour Dieu ou pour sa "propre liberté" qu'elle s'est emmurée.

J'ai beaucoup apprécié le fait qu'Esclarmonde s'adresse directement à nous, comme si l'on faisait partie des nombreux pèlerins qui viennent frapper à son volet afin d'être entendu.

Puis le fait qu'elle se remette souvent en questions sur sa destinée et son entourage ne la rend que plus intéressante, elle mûrit énormément en l'espace de quelques années.

L'histoire n'est pas que basée sur elle, on découvre son père qui part à la guerre, sa nouvelle épouse qui joue un rôle important mais également l'homme qu'elle devait épouser et qui lui chante son amour à travers les barreaux.

 

Une fois de plus Carole Martinez a su m'émerveiller, me faire voyager. Ce n'est que son deuxième roman mais pour moi, elle a déjà tout d'une grande auteure.

 

(édition: Gallimard, 201 pages, année de parution: 2011)

Commenter cet article

Luna 05/11/2012 10:06

J'ai aimé cette histoire, par contre, j'ai trouvé la narration vraiment impersonnelle ce qui m'a beaucoup dérangée.

tigrou4145 24/04/2012 14:19

J'ai adoré ce livre même si le résumé faisait un peur à l'"anti-religion" que je suis. Du coup j'ai aussi lu Le coeur cousu que j'ai énormément apprécié. Carole Martinez a été ainsi propulsé
directement en tête de mes auteurs favoris.

Linette (pseudo) 25/04/2012 14:25



Je ne voulais pas le lire pour les mêmes raisons. La religion a tendance à me repousser totalement malheureusement. Et pourtant, la poésie est encore présente et nous embarque.



Philippe D 22/01/2012 11:19

Celui-ci, j'ai envie de le découvrir mais j'attendrai qu'il sorte en format de poche.

Linette (pseudo) 22/01/2012 11:20



Bonne lecture alors. Je ne sais pas si tu as lu le coeur cousu de Carole Martinez. C'est une écriture bien particulière.



amaryllis 31/12/2011 00:17

Je viens de commencer du domaine des murmures, c'est le premier livre que je lis de l'auteure, j'aime beaucoup ce côté poétique. Le coeur cousu est dans ma Pal.

Linette (pseudo) 01/01/2012 17:56






 Contente que ça te plaise alors. Très bonne lecture, j'irai lire ta critique.



Malika 27/12/2011 10:11

Eh bien que d'éloges pour ce roman chez toi et ailleurs ! J'avais trouvé son coeur cousu un peu surfait et un peu "too much" côté poétique ... alors j'hésite vraiment à lire son deuxième roman !

Linette (pseudo) 27/12/2011 12:48



Si tu n'as pas aimé "le coeur cousu", je ne pense pas que "du domaine des murmures" te plaira alors. Bien que l'histoire soit totalement différente, on retrouve beaucoup le côté lyrique de carole
martinez.